Français | English
Carrefour jeunesse-emploi Lapinière Services Projets Qui sommes-nous Nouvelles Offres d'emplois Nous joindre
   Nouvelles
Nouvelles
Articles
Témoignages
Emplois
17 Septembre 2018
Vegpro International
Acheteur MRO


17 Septembre 2018
Vegpro International
Acheteur MRO


Liste complte

Services

Alexandra Bergeron
PARLER DU SUICIDE SAUVE DES VIES

C’est hier que débutait la semaine nationale de prévention du suicide. Bien que ce soit la 28e édition, le suicide reste toujours un sujet qui peut parfois être lourd ou encore chargé d’émotions. En effet, les plus récentes statistiques mettent de l’avant qu’au Québec, trois personnes s’enlèvent la vie chaque jour.[1] Nous avons donc tous notre rôle à jouer afin de diminuer ce chiffre que ce soit en étant à l’écoute de son entourage ou encore en demandant de l’aide.

Être à l’écoute de son entourage

Être à l’écoute de son entourage n’est pas synonyme d’écouter toutes les histoires de ses amis ou membres de la famille, rassurez-vous ! Il s’agit plutôt d’observer s’il y a des changements importants dans les agissements de la personne. Par exemple, est-ce que votre ami se met à parler de la mort, que la vie serait mieux sans lui ou encore qu’il a fait son testament ? Si jamais c’est le cas, cela peut être un message subtil d’appel à l’aide.

Une autre façon d’être à l’écoute peut être de remarquer que ce même ami a changé ses habitudes de façon importante. Lui qui était si calme avant devient plus agressif, il fait des cadeaux aux autres en donnant ses biens les plus importants ou encore il s’isole. Ces changements pourraient être des éléments portant à la discussion.

Finalement, si ce même ami qui avant, était joyeux et toujours prêt pour faire des activités perd toute motivation, devient plus négatif ou anxieux, qu’il perd la mémoire et a de la difficulté à se concentrer ou encore qu’il éprouve des symptômes de dépression, il pourrait aussi s’agir de signes de détresse.

Quand vous remarquez ce genre de changements, il est important d’en parler et de ne pas rester seul avec cela. Il est possible d’en parler directement à la personne concernée pour savoir ce qui se passe et si elle a besoin d’aide. Si jamais vous ne vous sentez pas à l’aise d’en parler à votre ami, vous pouvez aussi vous confier à un proche en qui vous avez confiance. Bien entendu, il y a des organismes spécialisés (1 866 APPELLE (277-3553) partout au Québec ou encore le centre l’Accès à Longueuil 450 679-8689) qui peuvent vous conseiller sur comment agir avec votre ami ou encore vous rassurer face à certaines observations que vous avez eues. Une chose est certaine, en cas de doute, ne restez pas seul avec cette information et parlez-en, que ce soit pour vous rassurer ou encore pour amener les autres à être vigilants.

Demander de l’aide

Vous vous êtes reconnu un peu plus haut dans les descriptions de l’ami ? N’hésitez pas à téléphoner à un des numéros ci-dessus ou encore de parler avec une personne de confiance. Il est important de savoir que de demander de l’aide n’est pas un signe de lâcheté, mais bien de courage !

Alexandra Bergeron
Intervenante jeunesse

[1] Source : ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE PRÉVENTION DU SUICIDE. plus récentes statistiques sur la mortalité par suicide (2014) de l’INSPQ, [http://www.aqps.info/semaine/plus-r...]
   

Les services offerts par le CJE La Pinière sont rendus possibles grâce à la participation financière d'Emploi-Québec

CJE
 
Accueil Services Projets Qui sommes-nous Nouvelles Offres d'emploi Nous joindre